Déroulement de la séance

L’épilation laser est un acte réglementé : il est à la fois esthétique et médical. Le patient qui songe à l’épilation laser peut ressentir une certaine appréhension. Pour démystifier la pratique de l’épilation laser, voici comment se déroule une séance dans les détails.

Déroulement d'une séance d'épilation laser à La Rochelle | Skin Clinic

LA CONSULTATION PRÉALABLE

Compte-tenu des risques encourus et des précautions à prendre, la loi stipule que l’usage du laser à des fins esthétiques doit être faite par un médecin, ou sous sa responsabilité pleine et entière. Avant le début des séances, le patient est reçu en consultation au cours de laquelle le médecin établit un diagnostic. Celui-ci déterminera si la méthode de l’épilation laser est adaptée.

Au cours de cette consultation préalable, le médecin vérifie que le patient ne présente pas de contre-indications telles que :

  • La présence d’anomalies cutanées (herpès, lésions, grains de beauté, etc.),
  • La prise de médicaments photosensibilisants (certains antibiotiques, anti-inflammatoires ou anti-allergiques notamment),
  • Une peau bronzée, naturellement ou non.

 

Si le médecin soupçonne un éventuel trouble hormonal, il pourra prescrire un bilan hormonal. Notons que par principe de précaution, la pratique n’est pas autorisée chez la femme enceinte.

À L’ISSUE DE LA CONSULTATION PRÉALABLE

Une fois le diagnostic établi et conformément à la réglementation relative à l’usage des lasers de classe médicale en France, le médecin remet au patient un formulaire de consentement éclairé et un devis.

Ces documents donnent au patient toutes les informations utiles :

  • Le protocole,
  • Les risques et contre-indications,
  • Les facteurs de réussite et d’échec,
  • Les recommandations à suivre pendant toute la durée du traitement,
  • Le coût du traitement,
  • Le nombre et l’espacement des séances.
Comment se déroule une séance d'épilation laser à La Rochelle ? | Skin Clinic

LA SÉANCE D’ÉPILATION LASER ÉTAPE PAR ÉTAPE

  1. Avant de commencer, le médecin vérifie que la zone est saine (absence d’herpès, de lésions). Si les poils sont longs, il peut être nécessaire de les raser. Pour le traitement des grandes zones — jambes, dos, torse —, le médecin procède à un quadrillage à l’aide d’un crayon dermatologique pour garantir un traitement de la totalité de la zone.
  2. Le médecin paramètre le laser suivant le phototype (couleur de la peau) et la pilosité du patient.
  3. Le port de lunettes de protection est obligatoire, pour le patient comme pour le médecin.
  4. S’il s’agit de la première séance, par mesure de sécurité, le praticien teste le traitement sur une petite zone.
  5. Enfin, la zone est méthodiquement balayée, centimètre carré par centimètre carré. Chaque application du spot ne dure pas plus d’une seconde et permet de traiter une dizaine de poils. Notons que certains lasers offrent des tailles de spots plus larges, réduisant la durée des séances.
  6. Une fois que la zone a été parcourue dans sa totalité, la séance est terminée. La peau est parfaitement épilée.

L’ÉPILATION LASER EST-ELLE DOULOUREUSE ?

La plupart des patients ressentent des picotements, voire une sensation de brûlure légère. Ces douleurs — qu’il conviendrait mieux de qualifier d’inconfort — sont occasionnées par la montée en température au-delà du seuil de coagulation cellulaire, soit 150 °C minimum. La perception de la douleur est variable d’un individu à l’autre mais dans une très grande majorité des cas, elle est perçue comme légère et très bien supportée.

Les sensations douloureuses varient aussi en fonction des critères suivants :

1. La zone traitée

Les douleurs étant généralement plus intenses dans les zones où la peau est la plus fine : maillot intégral, lèvre supérieure, aisselles, …

2. Le phototype du patient

Plus la peau est pigmentée (riche en mélanine), plus la sensation de picotement ou de brûlure est incommodante. La mélanine étant le vecteur du rayon laser, l’action ne se concentre pas exclusivement sur le poil mais une partie de l’énergie est déviée vers l’épiderme.

3. L’épaisseur du poil

Plus le poil est épais, plus la sensation est désagréable.

4. La pilosité

Il va de soi que moins il y a de poils à traiter, moins la douleur est forte. Pour les patients les plus sensibles, une crème anesthésiante appliquée avant la séance peut réduire la douleur.

Cette page vous a plu ?
Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
Avis du centre esthétique et laser à La Rochelle | Skin ClinicAvis du centre esthétique et laser à La Rochelle | Skin ClinicAvis du centre esthétique et laser à La Rochelle | Skin ClinicAvis du centre esthétique et laser à La Rochelle | Skin Clinic5 Étoiles


9 votes
Moyennes : 4,44 sur 5
Loading...

Aucun commentaire

Posez votre Question

Vous vous posez des questions sur une intervention du centre Skin Clinic ? Vous voulez plus d’informations sur un traitement ?

Nous répondrons de façon personnalisée à toutes vos interrogations